ATHLETISME – RUNNING

TRAIL – MARCHE

Les coaches, confinés aussi

Bientôt tout le monde retrouvera un peu plus de libertés, en souhaitant vraiment que cette rude période touche progressivement (ou le plus vite possible !) à sa fin. Bravo aux personnes du club directement exposées durant cette crise !

Alors que tout le monde a essayé de garder contact malgré tout, la parole est donnée ici à trois de nos coaches. Denis (cross, 1/2 fond, route), Valérie (PPG) et Christine (athlé compétition).

Salut les coaches, comment se passe cette période de confinement pour vous ? Quelles sont vos occupations personnelles ?

Denis : Pour moi le confinement s’est joué à la maison avec mon chien, la pile de travaux procrastinés m’est tombé dessus comme la misère sur les pauvres… pas le moyen d’y échapper, je suis à jour pour les jours plus libres !
Coté sportif, vélo sur rouleaux , renforcements , et course tous les jours.
Vivement que l’on puisse varier les parcours et prendre le cap au sud vers les hauts pâturages…

Valérie : Après un début difficile pour ma part car j’ttendais le rapatriement de ma fille et son copain en provenance d’Asie, puis les 15 jours de mesures drastiques m’ont rendu anxieuse.

L’activité physique quotidienne, les séances de petit bambou, la famille, ont été une aide précieuse pour passer ce cap. Sans oublier le groupe PPG.

Christine : Je suis prof des écoles et je m’occupe de mes 28 cm1 & cm2. Je leur envoie tous les jours des leçons et des exercices. Je communique avec les parents, j’essaie de les aider et de les soutenir. Lorsqu’il me reste du temps, je l’utilise pour me remettre en forme. Footing tous les deux jours. Cela faisait longtemps que je n’avais pas autant couru.

Avez-vous gardé contact avec la plupart de vos athlètes pendant ce confinement et de quelle façon ? Est-ce que vous les avez guidés / conseillés à distance ? Un exemple à nous donner…?

Denis : Nous avons un groupe Messenger, où nous échangeons. Quelques conseils pour de bonnes pratiques, d’entretien et de préparation au déconfinement sportif.
Quelques coucous aussi sur ce groppe, rien de très précis.
Tous le monde s’est recentré sur sa famille, ses proches, la vie du groupe et la vie sportive associative passe en second plan et c’est bien normal.
Je suis resté dispo pour ceux qui le désiraient, à la demande pour gérer une adaptation particulière, blessures, coup de blues ou autre.
Le rôle a été d’ailleurs tournant car beaucoup ont pris aussi de mes nouvelles et ça m’a fait du bien.
Ce que j’ai pu prodiguer comme conseils au groupe a été de se maintenir en forme, d’abord pour garder la santé nécessaire à l’adversité du moment, et ensuite de préparer le « lâchage de Runner dans la nature » au matin du 11…
Exemple l’autre matin : quelques conseils pour la protection des chevilles.
Certains se sont complètement relâchés et d’autres vont revenir affûté(e)s comme des machines de guerre : inutile de divulguer les noms, ce sera visuellement évident !!!

Valérie : nous communiquons par messager groupe PPG (créer par Virginie) il y a deux ans. Certains m’ont sollicités pour des séances, je les ai guidé vers les séances mises en place par Ap’proche sport avec Nicolas.
Stephanie nous a envoyé sa vidéo de gainage avec sa fille, très sympa !

Christine : il n’est pas facile de suivre des athlètes à distance. On peut se donner des nouvelles mais pour les guider sur les entraînements c’est impossible. La motivation me manque, elle reviendra lorsque le stade ouvrira.

Chacun dans votre secteur, comment allez-vous gérer la reprise d’entraînement à partir du 11 mai ? Sachant qu’il n’y a pour l’instant pas de compétitions en vue avant plusieurs mois…

Denis : Pour mon groupe, je ne fais aucun plan sur les mois à venir, il me semble illusoire de reprendre l’entrainement à Trélut avant septembre, sauf pour du regroupement de convivialité.
Je pense que ce qu’il manque au gens, c’est de retrouver la liberté de gambader dans la nature, retrouver la famille et les amis.
Plutôt se retrouver pour des sorties montagnes/trail que pour taper sur le tartan. Retrouver le moral et la santé, l’énergie pour performer en découlera.

Valérie : Pour la suite, je pense proposer au groupe des sorties en campagne ou montagne en fonction des directives gouvernementales.
Je vais demander au groupe qu elles sont leurs envies en sachant que cela se fera par groupe de 10 maxi.

Christine : La reprise de l’entraînement le 11 Mai dépendra de l’ouverture du stade. J’espère que l’on pourra avoir accès aux installations sportives. Les premières séances seront consacrées à un travail de remise en forme. Il faudra proposer des exercices ludiques pour motiver les jeunes athlètes à venir s’entraîner puisque nous ne connaissons pas pour l’instant les dates des futures compétitions. Cela va être compliqué de se fixer des objectifs.

L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est 46756127_502660580216676_776851767282368512_n-337x600.jpg.

Un message à faire passer à vos athlètes en particulier ou à tous les sportifs du TPA ?

Denis : Nous allons vivre pendant des mois et des années avec cette ambiance de Covid19, le plus important à mes yeux est de s’adapter à ces contraintes, nous ne sommes pas des populations à risque, nous devons garder le moral et la santé, ne pas céder à la psychose, ne pas psychotter non plus par peur de perdre son niveau, ne pas compter sur les compétitions, personne ne sait dire si elles pourront avoir lieu, ne pas s’inscrire sur les compets, même lointaines, c’est le meilleur moyen de perdre des sous et son sang froid, ne pas s’user sur des séances qui ne prépareront aucune épreuve, c’est pas le moment.
De plus, il est compliqué de se soigner en cas de blessure (radio, scanner, kiné ect) pour le moment, donc ne nous blessons pas, s’entraîner, s’aérer, ne pas couper non plus, considérer le moyen terme sans compet.
Profiter de la période de liberté qui se présente pour s’aérer un maximum, on ne sait jamais ce que l’avenir nous réserve…
Pour résumer je vous souhaite la santé et le bonheur ! (toutes les fonctions du cœur).

Valérie : Merci pour ce lien, il est nécessaire aujourd’hui plus que jamais.

Christine : Le message que je souhaite faire passer aux athlètes est qu’il va falloir être patient. Retrouver une activité de groupe me semble compliqué. Lorsqu’on est jeune, retrouver une bonne condition physique demande généralement 2 mois d’entrainement. Il y aura peut-être des meetings cet été. Donc si le stade ouvre en mai, et pour les athlètes motivés il sera possible peut-être de faire quelques compétitions plus tard…